Restaurant „La Pressoir de Bacchus“ - Blienschwiller

Restaurant „La Pressoir de Bacchus“ - Blienschwiller

Blienschwiller

Blienschwiller

Restaurant „La Pressoir de Bacchus“

50 route des Vins
F-67650 Blienschwiller

Tel. 0033-388924301

Propriétaire: Sylvie und Gilles Grucker

Fermé en été le mardi toute la journée et le mercredi midi
Fermé en hiver le mardi et le mercredi toute la journée

Menus à partir de 24€
 

La route des vins d’Alsace avec ses petites villes et ses villages romantiques vaut vraiment le voyage. Malheureusement, il n’y a pas beaucoup de bons restaurants qui offrent une cuisine de qualité créative et indépendante à des prix abordables. Naturellement on y trouve toujours ce qu’on pourrait appeler les „classiques“ de la cuisine alsacienne comme la choucroute, la flamenkueche, les escargots etc., et leur qualité varie selon les restaurants. Mais nous aimons nous rendre en Alsace, région proche de chez nous, pour profiter d’une cuisine véritablement créative avec des produits frais, ce qui est, d’après notre expérience, malheureusement trop peu le cas en Bade de l’autre côté du Rhin.
Le petit restaurant „Le Pressoir de Bacchus“ dans le village médiéval romantique de Blienschwiller est une de ces oasis dans le large paysage culinaire trop souvent caractérisé par le goût unique et le manque d’idées de ses responsables. 

Le restaurant dispose de maximum 20 places, la salle à manger aménagée comme un « Winstub », c'est-à-dire un débit à vin, est agréable : les belles tables en bois, les nappes Kelsch , les bougies sur les tables et les confortables chaises en bois au capitonnage rouge font qu’on se sent tout
simplement bien.

Dans un coin se trouve le grand comptoir avec son robinet pour la bière-pression „factis“. On peut voir accrochés au mur des tableaux très modernes qui s’harmonisent pourtant bien avec l’ambiance. Les propriétaires ont un faible pour les figurines représentant des poules dans toutes les variations : en fer-blanc, en argile, en bois, en verre, à carreaux – une belle collection. Nous nous sommes d’ailleurs amusés à les compter, il y a 43 figurines.

Le restaurant est dirigé par Sylvie et Gilles Grucker: Sylvie s’occupe des belles créations culinaires, tandis que Gilles veille à un service aimable et prévenant.
Le „grand menu“ avec ses cinq plats pour 43,70 €/personne est toujours à recommander. Il s’agit d’un menu variant selon l’offre du marché, et les portions des cinq plats ne sont pas trop grandes. Si vous optez pour un menu à-la-carte, vous devez avoir une grande faim, car les portions sont copieuses mais tellement bonnes que vous les finirez certainement.

Au cours de notre dernière visite, nous avons à nouveau pris le menu. En entrée, on nous a servi un excellent bloc de foie gras avec de la fleur de Sel, du poivre grossièrement moulu et une crème de framboise. Le tout accompagné d’un Gewürztraminer Vendange Tardive bien frais de Blienschwiller bien en bouche et très moelleux .
Le deuxième plat était des coquilles Saint-Jacques cuites dans une creme de betteraves rouges et de chantilly de lard virtuel qu’on a fait mousser. L’originalité: le tout, excellemment assaisonné, était servi dans un verre penché semblable à un verre à cognac surdimensionné.
Le plat principal était un carré d’agneau dans une croûte au parmesan et aux herbes servi avec des röstis et des fonds d’artichaut frais cuits dans de l’huile d’olive. Le chef a versé quelques gouttes de liqueur de thym sur l’agneau pour le flamber, puis l’a servi avec une branche de thym. Ce n’était pas juste le spectacle qu’on connait quand on flambe un plat, mais cela donnait en plus un arôme délicatement fin à l’agneau, naturellement cuit à point, juteux et savoureux. Le tout servi avec un jus légèrement réduit et quelques tomates cerise très chaudes.
Après cela, un plateau de cinq fromages différents et bien faits, comme par exemple un Brie de Meaux moelleux, un Comté et bien sûr un Munster.
Le dessert était une mousse au chocolat avec de la crème d’orange amère, servie avec un sorbet à l’ananas et une délicate petite baguette en pâte feuilletée.
Pour accompagner ce menu, nous avons bu un Sylvaner sec et gouleyant du domaine viticole de François Meyer, provenant bien entendu de Blienschwiller.
 
Tout ce menu est une symphonie du plaisir et de la saveur et est loin d’être aussi parfait dans certains restaurants étoilés.
Nous avons apprécié de trouver sur la table un petit bol en porcelaine avec une petite cuillère et du sel de mer gris. Je ne suis pas un inconditionnel du « resaler » quand les plats sont parfaits, mais nous aimons une petite pincée sur le foie gras, le pain frais avec de l’huile d’olive etc. En tout cas, c’est une aimable attention pour les hôtes du restaurant.
Inutile de mentionner que le café, le digestif et le petit gâteau accompagnant le café étaient également de tout premier choix.

Le restaurant est toujours plein, c’est pourquoi il vaut absolument réserver à temps !

 

Recommandations des restaurants

Recommandations des restaurants